Louis Niedermeyer, l'homme et son époque

Louis Niedermeyer est né le 27 avril 1802 dans la manufacture de porcelaine et de faïence fine que son grand-père maternel, Moïse II Baylon exploitait au bord du lac à la sortie de Nyon côté Lausanne.(plan cadastral) Cette maison n’existe plus de nos jours.



UNE CONFIGURATION POLITIQUE EN MUTATION
En 1802 la République helvétique instaurée par le Directoire vivait ses derniers jours. Le système centralisé imposé par la France à ses « républiques sœurs » ne fonctionnait pas. Bonaparte intervint alors en février 1803 pour imposer son « Acte de Médiation », rétablissant du même coup le système confédéral. C'est ainsi que le « Canton de Vaud » vit le jour. Mais Genève n’était pas encore suisse (entrée dans la Confédération en 1814) et la Haute-Savoie actuelle pas encore définitivement française (plébiscite de 1860).

UNE CONFIGURATION CULTURELLE ET ARTISTIQUE FAVORABLE
Plus brillante était par contre la vie culturelle : Pestalozzi installe son école modèle au château d’Yverdon. On y vient d’Allemagne, de Russie et de Hongrie pour consulter le pédagogue et le philosophe. À Coppet Madame de Staël reçoit gens de lettres et savants, et fonde ce qu’on appelle le « Groupe de Coppet ». En fait aussi partie, dès son retour d’exil en 1802, un certain Charles Victor de Bonstetten qui s’était déjà fait remarquer en sa qualité d’ami des arts et des lettres alors qu’il était bailli de Nyon. N’accueillait -il pas au château de Nyon les intellectuels de l’Europe entière, entre autres le poète Friedrich von Matthisson dont Schubert et Beethoven mirent en musique quelques-uns de ses plus beaux poèmes écrits à Nyon et alentour! Dans le « cabinet Matthisson » situé à l’extrémité de la galerie du premier étage du château la possibilité est offerte aux visiteurs d’entendre des enregistrements de ces Lieder interprétés par les meilleurs chanteurs du moment.

On peut donc légitimement penser que Louis Niedermeyer est né au bon endroit et au bon moment.

Le père de Louis Niedermeyer remarqua très tôt les prédispositions de son fils Louis pour la musique et comme il était lui-même un peu musicien, il lui donna ses premières leçons de musique. Puis, à l’âge de 16 ans, une fois sa scolarité au Collège de Nyon accomplie, il l’envoya poursuivre sa formation de musicien à Vienne auprès des plus grands maîtres de l’époque, chez I. Moscheles pour le piano et chez E. A. Förster, l’ami de Bethoven, pour la composition. Puis ce sera, à Rome, le chant et la direction de chœurs auprès de Fioravanti, maître de la chapelle pontificale, enfin, à Naples, la direction d’orchestre chez Zingarelli. C’est là qu’il fit la connaissance de Rossini, de dix ans son aîné, qui l’aida à faire représenter son premier opéra Il Reo per Amore (Le coupable par amour). Niedermeyer n’avait alors que 18 ans !

Mais les choses n’allèrent pas de soi. Son fils Alfred raconte, dans la biographie qu'il consacra à son père, que le jeune Louis Niedermeyer désireux de connaître l’avis de Maestro Rossini sur un air de cet opéra qu’il venait de composer, lui apporta un jour son brouillon. Il le trouva alors se disposant à aller rendre visite à une grande dame et fort occupé à sa toilette. Tout en se rasant et en revêtant son gilet de cachemire à grands ramages, le maître commença la lecture du morceau, la finit en descendant l’escalier, et décréta que la composition ne valait rien.
- Vous jugez bien vite et sans regarder, dit l’élève un peu vexé.
- Tu crois cela, eh bien écoute !
Et Rossini chanta l’air d’un bout à l’autre.
- Tu vois, même par moi, c’est terne et plat. Je sais pourtant nuancer un morceau de musique. Il n’y a rien dans le tien.
Niedermeyer, convaincu, déchira la page.
L’opéra fut tout de même joué au Teatro del Fundo, grâce à Rossini !
Ce fut, entre les deux hommes, le début d’une profonde et longue amitié.





Entre ses nombreux séjours à l’étranger, Louis Niedermeyer revenait régulièrement à Nyon pour poursuivre ses travaux de composition. De nombreuses esquisses que le Centre de Documentation Niedermeyer de Nyon est en train de mettre au jour datent de cette époque. Parmi celles-ci, son père découvrit un jour ce qui se révèlera être un véritable chef-d’œuvre :Le Lac sur les strophes de la fameuses Méditation poétique de Lamartine. Son père emmena alors son jeune fils âgé de 21 ans à Paris à la recherche d’un éditeur. Ils le trouvèrent en la personne de Pacini que Louis avait déjà côtoyé à Naples. Mais, contrairement à ce qu’affirment la plupart des encyclopédies, ce n’est pas à ce moment-là qu’il se fixa à Paris. Loin de là ! D’ailleurs son père qui l’accompagnait revint très vite à Nyon car sa santé était chancelante. Son fils le suivit peu après pour l’y voir mourir en 1829. Puis notre compositeur demeura auprès de sa mère dans la dite « Maison Niedermeyer ».

À cette époque, il se rendait souvent à La Redoute, une maison de maître située non loin de là, où l’on jouait de la musique typiquement suisse (des ranz des vaches et des valses tyroliennes [tralala-i-tou] notamment). Ceci lui inspira une œuvre pour harpe et piano que nous avons découverte récemment et qui s'intitule: Nocturne pour Harpe et Piano sur la Valse No 2 de la Redoute de Nyon (manuscrit)

Ce n’est peut-être pas de la grande musique, mais la valse tyrolienne qui, dans ce morceau, prête à des variations et à un rondo, nous donne de précieuses indications sur les diverses musiques dont les murs de La Redoute se faisaient l'écho. Le jeune Niedermeyer qui s’y rendait pour donner des leçons de pianoforte aux filles du propriétaire n'y fut en tout cas pas indifférent. On trouve en effet parmi ses œuvres un certain nombre de tyroliennes. On peut même se demander si ce n’est pas lui, le Suisse qui introduisit la tyrolienne en France. En tout état de cause, au cours du 19e siècle, l’engouement pour ce genre de musique alla grandissant dans les salons parisiens et à l’opéra. Dans La Vie Parisienne d’Offenbach par exemple, l'air de Gabrielle, la gantière, est une tyrolienne.

C’est peut-être à la Redoute qu’il rencontra Jeanne-Suzanne-Charlotte des Vignes de Givrins, - Charlotte née à Nyon le 2 janvier 1803 - , qui devint son épouse en 1831. Après ce mariage, celle-ci l’emmena vivre dans sa châtellenie de Genolier sur Nyon, jusqu’à leur départ pour la Belgique en 1834.

LA VIE À GENOLIER D’APRÈS LE RÉCIT QU’EN A FAIT SON FILS ALFRED NIEDERMEYER
« Niedermeyer s’occupa de la surveillance des travaux agricoles et ne chercha plus dans la musique qu’un délassement à ses occupations champêtres. Il se passionna pour le jeu de l’orgue : il avait chez lui un instrument de seize jeux, construit par le célèbre facteur Moser, qui avait fait les orgues réputées de Fribourg. Sur son grand orgue, Niedermeyer se livrait à l’improvisation, et il y exécutait la musique des grands maîtres allemands, les Bach et les Haendel. C’est là, sans doute, que s’identifiant à leurs traditions, il prit le goût de la musique classique et religieuse, et conçut les premiers germes des idées qu’il devait mettre plus tard à exécution. (…) Souvent les amis du voisinage venaient passer la soirée au vieux castel de Genolier ; le jeune maître leur faisait de la musique, et les gens se regroupaient sous les fenêtres avec les paysans, pour prendre leur part du concert. »

LE DÉPART DE GENOLIER
« C’est en 1834 que Niedermeyer quitta la Suisse pour se rendre en Belgique. À cette époque, les communications n’étaient ni aussi faciles, ni aussi rapides qu’aujourd’hui ; le jeune maître, partant avec sa femme et sa première fille en bas âge, - Eulalie - trouva plus commode d’accomplir ce déplacement à petites journées, et dans sa voiture. Sur le haut de la berline, avec les bagages et le berceau de l’enfant, était un petit piano, ou pour mieux dire un clavecin fait à l’intention du voyage, ayant trois octaves et demie sous la forme d’une caisse d’environ un mètre de longueur sur quarante centimètres de hauteur : quatre pieds se vissaient à chaque coin. Le soir, on portait ce petit instrument dans la chambre de l’auberge, et le compositeur y essayait les inspirations venues dans la journée : c’était une façon originale de travailler tout en voyageant. »

Malgré ce départ qui marquait un tournant important dans sa vie, Niedermeyer n’oublia jamais Nyon et la région où il vécut les 32 plus belles années de son existence. D’ailleurs, il témoigna de son attachement à la Suisse dans plus d’une œuvre musicale même après 1848, lorsque, sous la révolution, les circonstances le contraignirent à adopter la nationalité française.

Notre compositeur ne resta pas longtemps à Bruxelles et alla s’installer à Paris en 1836. C’est là véritablement qu’il se fit remarquer comme compositeur d'opéras et comme maître incontesté de la nouvelle mélodie française. Mais bientôt la musique religieuse prit le pas sur l'opéra, et l'orgue sur le piano. Bien que protestant il s'attacha à restaurer le plain-chant, victime alors de toute sorte de déviances, surtout dans la façon de l'accompagner à l'orgue. Il écrivit un traité de l'accompagnement du plain-chant qui connut un grand succès auprès des organistes, et fonda en 1853 l’école professionnelle de musique qui porta son nom. . La qualité de l'enseignement qui y était donné attira bon nombre de musiciens qui portèrent très haut le renom de la musique français. Il n'est que de citer les noms de Saint-Saëns, Fauré, Messager, Busser et, pour les organistes compositeurs, Boëly, Lefébure-Wély, Boelmann, Benoist, Gigout et bien d'autres. Durant les événements de la Commune de Paris en 1871, l'école que Gustave Lefèvre avait repris à la mort du maître, émigra à Lausanne, à l'avenue des Figuiers. Gustave Lefèvre n'était autre que le gendre de Niedermeyer, dont il avait épousé la fille aînée, Eulalie, native de Nyon. Il dirigea cet établissement pendant près de 40 annnées. À sa mort en 1910 la direction fut reprise par son gendre, Henri Heurtel. En dépit d'un ralentissement dû à la guerre 14-18, l'École Niedermeyer qui entretemps s'était installé à Issy-les-Moulineaux subsista jusqu’en 1930. Dans cette ville de la banlieue de Paris un Conservatoire Niedermeyer essaie actuellement de perpétuer le nom du maître.
E. G.
 
Haut de page




Pour consulter le dernier bulletin de l'Association Niedermeyer (No 10, juin 2014) aller à Infos du coordinateur ou cliquer ici

***************************************

LE CATALOGUE des œuvres musicales de niedermeyer vient d'être actualisé. POUR l'ouvrir il suffit de cliquer  ici

*******************************

SAISON 2014

UN festival éclaté
premier éclat: les estivales
trois trios improbables
POUR PLUS D'INFORMATIONS CLIQUER  Activités
---------------------------------------------
 
 

LE CENTRE DE DOCUMENTATION NIEDERMEYER VOUS ATTEND.

 Cliquez ici pour y entrer. 

--------------------------------------
CONCERTS NIEDERMEYER

Les enregistrements des œuvres de Niedermeyer réalisés récemment lors des concerts de l'Association Niedermeyer peuvent être dorénavant consultés sous la rubrique  phonothèque  du  Centre de documentation.


-----------------------------------------------

ŒUVRES DE NIEDERMEYER: 

DERNIÈRES ŒUVRES SORTIES DE L'OMBRE ET PUBLIÉES PAR L'ASSOCIATION NIEDERMEYER (à disposition au Centre de Documentation Niedermeyer, Nyon)

-Valse pour le piano-forte 

-Ouverture de "La Fronde" pour piano a 4 mains 

-Ouverture de "La Casa nel Bosco" pour piano a 4 mains

-Fantaisie pour le piano No 2, opus 3, une œuvre exceptionnelle!
 -------------------------------------------

LIBRAIRIE

Quelques ouvrages recommandés concernant Niedermeyer et l'École Niedermeyer de Paris :

L'Alsacienne, roman historique 


de Maurice Denuzière, chez Fayard éditions, Librairie Arthème

Lettres de Compositeurs à Camille Saint-Saëns


de Eurydice Jousse et Yves Gérard, aux éditions Symétrie à Lyon

Biographie


de Gonzague Saint Bris, aux Éditions du club France Loisirs, 2009

Centre de documentation

NOS ÉDTEURS PARTENAIRES











Éditions Publimuses, SMF 19, Paris


Acquisitions récentes

Manuscrits 

1/ Lettre à Louis Niedermeyer compositeur célèbre à Paris (sic) de Hermann Nägeli au sujet de la bibliothèque de son père Hans Georg Nägeli, en allemand de graphisme Sutterlin

2/Lied autographe de L. N. (graphisme Sutterlin) sur le poème de Schiller "des Mädchens Klage".

3/ Mélodie et Variations sur "La Prière pour tous" de Victor Hugo

4/ Musique: Romance de la Fronde pour Ténor et Piano, "Quand tu parais, toi que j'adore... (réduction pour hommage), 1 p.

dernières partitions mises en ligne

Trois Miniatures et une Bagatelle pour le piano

Gastibelza, (V. Hugo), chant piano



Accéder au centre de documentation

Recherche de documents

Nous recherchons tout document susceptible d'intéresser la recherche en cours concernant l'homme et l'œuvre de Niedermeyer. Conservation et valorisation assurées dans le Fonds Niedermeyer créé à cet effet.

Nous contacter